L’ergothérapie est une profession paramédicale reconnue d’utilité publique et inscrite au livre IV du code de la santé publique.  Elle est définie ainsi par le référentiel métier :

" L'objectif de l'ergothérapie est de maintenir, de restaurer et de permettre les activités humaines de manière sécurisée, autonome et efficace, et, ainsi, de prévenir, réduire ou supprimer les situations de handicap pour les personnes, en tenant compte de leurs habitudes de vie et de leur environnement. L'ergothérapeute est l'intermédiaire entre les besoins d'adaptation de la personne et les exigences de la vie quotidienne en société. L'ergothérapeute évalue les intégrités, les déficiences, les limitations d'activité et les restrictions de participation des personnes ou des groupes de personnes, en prenant en compte les âges, les données pathologiques, les environnements humains et matériels, et les habitudes de vie. Il élabore ainsi un diagnostic ergothérapique."

img

L’ergothérapie en libéral s’adresse principalement :
- aux enfants présentant des difficultés tant au niveau de l’autonomie dans les apprentissages scolaires que dans les actes de la vie quotidienne
- aux adultes et personnes âgées nécessitant l’entretien ou la restauration de fonctions motrices ou cognitives déficitaires, ainsi que l’aménagement de leur environnement (professionnel ou personnel)

L’ergothérapie ne fait pas l’objet d’un remboursement par le biais de la Sécurité Sociale
Il existe cependant des possibilités de prise en charge partielle ou totale des frais :
- par la CPAM : faire une demande de financement de prestation de soins extra-légale ou un « recours gracieux de financement » (cette aide est soumise à conditions de ressources)
- par votre mutuelle : dans le cadre d’une demande de prestation extra-légale ou d’un dossier de soin couteux (dépend de votre contrat)
- par la MSA ou le RSI ou les caisses spécifiques à votre profession (MGEN, Caisse Militaire, Caisse des Cheminots,etc...) : aide financière à la santé pour les dépenses de santé médicalement justifiées
- par la MDPH : l’AEEH pour les enfants ou la PCH dans le volet « aide spécifique et exceptionnelle » si la personne remplit les conditions d’éligibilité (la PCH n’est pas soumise à conditions de ressources)
- par votre caisse de retraite : essentiellement dans le cadre de financement d’aménagement d’accessibilité de logement
- par votre assurance : dans le cadre de certains contrats de prévoyance (assurance dépendance par exemple)
- par votre entreprise : par le biais des fonds d’aide sociale et/ou fonds de solidarité
- par les chèques santé : il s’agit d’un titre prépayé de prestation de santé financé par les entreprises. Le professionnel de santé choisi doit adhérer au dispositif
- par le CCAS de votre commune, sous conditions particulières et de ressources

Enregistrer